Les patients venant d’eux même sans avis préalable sont-ils différents de ceux adressés par un médecin ou le Samu ?

Sujet

Introduction

Parmi les patients consultant aux urgences, certains sont adressés par un médecin traitant, une permanence des soins ou le Centre 15, d’autres viennent d’eux-mêmes sans avis médical préalable. Ces deux populations ont-elles des profils différents ?

Méthode

Étude rétrospective à partir de données régionales de résumés de passages aux urgences de 2016 à 2018. Les établissements ayant un remplissage pertinent du mode d’adressage ont été retenus, soit 1 812 795 passages (67% des passages). Les patients non adressés (NA) ont été comparés aux patients adressés (A) selon l’âge, le sexe, l’heure d’arrivée, le mode de sortie, la gravité (CCMU), le diagnostic, la durée de passage et le type d’établissement de consultation (test Chi2).

Résultats

Les NA représentent 80% des passages aux urgences. Ils sont plus jeunes que les A (32 ans en médiane VS 62 ans) et la part des femmes y est, jusqu’à 75 ans, plus importante (49% vs 46%). Les NA consultent plus souvent en journée que les A. Ils se rendent plus souvent en secteur privé en journée ou pour un motif traumatologique et plus souvent en secteur public la nuit ou pour un motif médico-chirurgical. Par contre, les A vont plus dans le secteur public quel que soit l’horaire ou le motif. Les motifs traumatologiques sont plus fréquents chez les NA que chez les A (35% vs 25%). L’entorse de la cheville est le diagnostic traumatologique le plus fréquent chez les NA (8% vs 3%). La douleur abdominale est le motif médico-chirurgical le plus fréquent dans les deux groupes. Les NA sont 3 fois moins hospitalisés que les A (12% vs 38%), quel que soit l’horaire d’arrivée ou le type d’établissement. En cas de motif traumatologique, les NA sont 6 fois moins hospitalisés que les A (5% vs 29%). La CCMU 1 est 2 fois plus importante chez les NA que chez les A (15% vers 7%). Les NA ont une durée médiane de passage très inférieure aux A (2h25 vs 4h23). Toutes les différences observées sont statistiquement significatives.

Conclusion

Cette étude montre que les patients NA sont très différents des patients A. Ils sont notamment plus jeunes, présentent des pathologies moins graves et sont moins souvent hospitalisés. Un avis médical préalable semble sélectionner efficacement les patients nécessitant réellement une prise en charge aux urgences.

 

Auteurs

  • Delisle E,
  • Pourcel L,
  • Grolleau S,
  • Mourou H.

 

Liens

Congrès urgences – Paris- 2020

Retour haut de page